Présentation

Les doll-scenettes jouent la vie. Mais, comme au théâtre, il s’agit d’innerver le réel avec ce qui le contrarie. D’ailleurs, j’y explore les mêmes modes que ceux que j’ai explorés pendant onze années de mise en scène de textes contemporains ou de dramaturgies sans parole. Ce sont les mêmes matériaux : situations, dialogues, personnages, costumes, lumières, accessoires... En somme, je dirais que les doll-scenettes sont une variation à l’intérieur de mon parcours, mais sans que je puisse dénouer clairement lequel a influencé l’autre.

Après une période de collaboration théâtrale avec la Maison des métallos durant laquelle j'ai réalisé mes spectacles dans de bonnes conditions, les moyens de ma compagnie ont considérablement réduits. J'ai persisté à monter des pièces en constatant à regret que j’avais totalement formaté mon imaginaire à mon absence de moyens. À force de rapetisser, j’allais bientôt atteindre la dimension du minuscule. Aussi ai-je décidé de retourner l’irréversible : puisque je n'avais plus les moyens de l’échelle humaine, je suis passée à l’échelle un douzième. Ce qui me semblait à tort être plutôt une annexe de mon travail de mise en scène, je l'ai alors réinvestie autrement.

Je mets désormais mon expérience théâtrale au service de doll-Scenette et envisage la représentation comme sur le plateau. Les postures, les décors, les accessoires nourrissent le récit. L’image joue avec les références picturales ou cinématographiques. D’une façon à la fois douloureusement concrète, mais aussi abstraite, les doll-scénettes questionnent les limites du théâtre. Jusqu'où peut-on croire au vivant ? Qu'est-ce qui donne vie à l'inanimé ? C’est un matériau passionnant car il peut se décliner sous beaucoup de formes et autant de supports. Chaque scène est un univers à part entière qui malgré sa minutie nécessite beaucoup moins de temps et de moyens qu'un spectacle de théâtre. Il abolit ainsi les rapports pervers de temps et de production.

De plus, cette échelle miniature raconte bien à mon sens, le rétrécissement et l'enfermement de notre société. De ces images mises bout à bout, émerge une collection de situations, de gestes d’imaginaires, qui évoquent aussi bien que le théâtre la nature humaine. 

© 2013 Mariapia Bracchi